La prépa, dernier épisode : la vie quotidienne

Comme vous l’avez compris dans le dernier épisode, la vie en prépa est principalement constituée de travail. En fait, quand je parle aux gens de ce que je fais en prépa, je leur décris mes journées ainsi : on travaille, on dort, on mange et on fait du sport. De fait, cette caricature est assez proche de la réalité. C’est pourquoi je vais détailler ces points pour parler de la vie quot’ en prépa.

Le travail: Je ne vais pas ici réécrire tout l’épisode précédent. Je vais plutôt parler de ce que le travail permanent a comme impact sur notre vie quot’.

Point n°1:  Le travail, ça fatigue. Oui, ça semble évident, mais pas forcément pour les raisons que l’on pourrait croire.  En effet, cette fatigue n’est pas physique si vous gérez bien votre équilibre de vie, mais plutôt psychologique, et due au stress. Le stress est indispensable en prépa, mais il faut savoir le maîtriser : si vous stressez trop, c’est le burn-out, et si vous ne stressez pas assez, c’est le relâchement et la prise de retard, et ça je peux vous assurer que ce n’est pas bon non plus. Tout l’art du métier est donc de gérer son stress de sorte à le maintenir constamment à un niveau médian. Et c’est ça qui fatigue, car cela veut dire qu’on ne peut jamais se détendre vraiment, même quand vos résultats sont bons, que vous avez fini vos khôlles le mardi et que votre compo le samedi est en anglais (#rienàréviser), vous ne pouvez et ne devez pas vous relâcher! Je vous assure qu’après l’avoir fait une fois, on fait en sorte de ne pas recommencer. Heureusement pour notre santé mentale, il y a une exception à cela : les vacances. En vacances, vous pouvez vous accorder une semaine de détente et d’oubli total pour vous ressourcer et repartir de plus belle.

Point n°2: La lassitude et le découragement : On peut avoir l’impression de faire tout le temps la même chose, voir s’interroger sur l’utilité de tout ça, dont le seul but semble d’être de passer un concours… Bref, on peut se décourager, d’autant plus si on se trouve dans le cas n°3. Il arrive aussi d’être découragé face à la montagne de travail s’élevant devant vous et face au niveau attendu. Il faut alors prendre les éléments un à un et avancer pas après pas.

Point n°3: L’absence de résultats satisfaisants malgré un travail acharné. Je suis mal placé pour vous en parler car je ne l’ai pas encore trop vécu mais pour en avoir parlé avec des personnes de ma classe, je pense que c’est le pire des trois points déjà cités. Cela fait partie de la prépa, et je pense qu’alors, le meilleur moyen face à cela est d’avoir une “carotte”, c’est-à-dire un objet de motivation au bout du tunnel qui nous pousse à avancer.

Point n°4: La satisfaction intellectuelle. Il y a quand même des points positifs! Travailler ainsi permet un certain éveil intellectuel, et même si on vit de nombreux échecs, on vit aussi plein de petites réussites, et on est vraiment content lorsqu’on vient à bout d’un problème posé, d’une preuve mathématique en se disant: “ça, c’est moi qui l’ai réussi en réfléchissant par moi-même”

Point n°5: La progression. En prépa, on progresse énormément (encore heureux!) et lorsqu’on regarde en arrière et qu’on voit le chemin parcouru, tout ce qu’on endure semble soudain moins pénible car plus justifié.

 

Le sommeil: INDISPENSABLE!!! Si vous allez en prépa, un bon conseil : ne jouez pas avec votre sommeil! Chacun fait en fonction de ses besoins, mais en général, il n’y a pas de problèmes pour s’endormir, une journée en prépa, ça claque! Comme disait mon ancien co (personne avec qui tu partages ta chambre en internat) : “c’est le meilleur moment de la journée!”

 

La nourriture : Bon, je n’ai pas grand chose à dire là-dessus, à part qu’il faut aussi essayer de garder un équilibre là-dessus. Il est dommage de se créer des problèmes de santé liés à une mauvaise alimentation pendant ces années difficiles (mais je dois reconnaître que le carré de chocolat est crucial en cas de petite baisse de moral ^^). Il faut aussi essayer de prendre son temps pour manger, parler avec les autres et décompresser un peu. Ça vous paraît peut-être idiot maintenant, mais en prépa, la tentation est grande de manger en 5 minutes pour gagner du temps de travail, voire de sauter le repas!

 

Les activités autres: Si je vous ai parlé de sport, c’est parce que c’est mon activité principale de détente, mais pour d’autres il s’agit d’activités sociales, de musique, de lecture, de jeux… J’insiste sur le sport car c’est vraiment bon de se défouler physiquement quand on passe la majeure partie de son temps assis derrière un bureau. Plus généralement, ces temps, si ils sont rares, sont aussi indispensables pour bien vivre la prépa. Ils permettent de penser un moment à autre chose, et d’apporter un équilibre de vie. Ce sont des temps pour vous, dont il faut profiter un maximum!

 

Le petit mot de conclusion : ce n’est pas parce qu’on travaille beaucoup qu’il faut négliger le reste, au contraire! Tout est question d’équilibre, et il faut savoir garder cet équilibre en prépa. Pour cela, pas de recette universelle, chacun doit trouver le bon dosage, le bon planning.

J’espère que cette série de 3 posts a pu vous éclairer, n’hésitez pas à poser des questions sur le forum, je finirai bien par y répondre!

T.S.

3 réflexions au sujet de « La prépa, dernier épisode : la vie quotidienne »

  1. En fait, la prépa, c’est l’Académie Jedi , tout est une question d’équilibre 😉

    Merci pour ces posts, ils font réfléchir et motive paradoxalement.

  2. Merci pour toutes ces infos, même si je ne suis pas sûre qu’elles soient très rassurantes. C’est difficile de savoir à l’avance si on va supporter la pression de prépas mieux côtés, non?

    1. Oui, c’est difficile de choisir, c’est à toi de voir comment tu le sens : es-tu plus compétitive et es-tu prête à supporter cette pression ou au contraire préfères-tu avoir une scolarité un peu plus cool? Il faut aussi que tu réfléchisses en fonction du niveau que tu penses avoir : plus tu montes dans le classement et plus tu vas te retrouver avec des “cadors scolaires”, c’est-à-dire des personnes plutôt douées et travailleuses. En ce qui concerne la pression, tu en auras de toute manière un peu en classe prépa puisque tout se fait dans l’optique des concours, épreuves sélectives par excellence.
      A toi de voir, de réfléchir, de te renseigner sur les prépas qui t’intéressent. Ne te sous-estime pas pas non plus!
      T.S
      P.S : Joseph, j’approuve la comparaison =p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *