Faites des stages!

Et toi, tu veux faire quoi plus tard?

 

Éternelle question si souvent posée et dont la réponse n’a rien d’évident pour la plupart : pas d’idée, ou une idée mais très vague, ou plein d’idées mais sans savoir laquelle choisir. N’hésitez plus, ne vous posez plus de questions inefficaces, agissez et allez voir directement à quoi ressemble le monde du travail!

A l’heure où je vous parle, je suis en première année de prépa, c’est-à-dire engagé dans une voie d’études qui va facilement au bac +5. Pourtant, mon premier projet professionnel était d’être… éboueur. Rien à voir donc, ce qui montre qu’entre ses 3 ans et sa majorité, on a le temps et le loisir de changer d’avis. Je ne vous ferai pas la liste de toutes les professions envisagées intermédiaires (je vous assure qu’elles sont nombreuses) et vais faire un saut dans le temps.

Me voici en 4e, et je suis alors convaincu : je serai garde-forestier, car la nature c’est quand même magnifique, et il faut la préserver ! Alors même que je me suis bien renseigné sur le job (trop bien ya pas beaucoup d’études!), ai effectué un travail de recherche sur ONISEP extrêmement approfondi, mes parents me poussent gentiment vers un stage. Mais Maman, Papa, y en a un en troisième de stage!

Le phare d’Ouessant =)
Le château de Cheverny. Il ne vous dit rien? Les amateurs de Tintin auront reconnu le château qui a servi de modèle à Hergé pour le château de Moulinsart

Eh bah oui mais pourquoi attendre lorsqu’on a le droit et la chance de pouvoir en faire d’autres? Je me retrouve donc au mois de juin, en début de vacances scolaires, sur la petite île finistérienne d’Ouessant (très jolie au passage, mais n’y allez pas pour vous baigner: il n’y a pour ainsi dire pas de plage). Par contre, il y a des oiseaux, et pas qu’un peu, car c’est un haut-lieu migratoire. Et qui dit oiseau dit gardes pour les surveiller. Me voici donc à suivre pendant trois jours un passionné, avec qui j’ai passé un super stage. Cependant… c’est cool mais est-ce que je pourrais y consacrer ma vie?  Compter les oiseaux, les guetter, relever les fientes, qu’il pleuve, neige ou vente.

Petit doute donc qui commence à s’insinuer en moi. Alors en troisième, à l’occasion du fameux stage, rebelote, je veux tester cette idée, ce point d’accroche qui me semblait si solide et sécurisant face aux rafales de questions angoissantes sur l’orientation. Me voici donc à Cheverny, grand domaine forestier et… haut-lieu de la chasse. Alors oui, je réalise à cette occasion qu’un garde-chasse organise aussi des chasses, tout en intégrant définitivement que bon, les postes sont rares et pas super bien rémunérés… Ah. Ça ne correspond pas trop avec mes idées et idéaux ça… Retour à la case départ et à la question : bon je fais quoi après?

Arrivée au lycée. Un goût incontestable pour les sciences, c’est un début. Bon et alors, quels sont les grands domaines qui tournent autour des sciences? L’enseignement, on commence à en avoir une idée à cet âge. La recherche. Ah connais pas. Fin de seconde, petit stage de deux jours à l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique) de Rennes, histoire de se donner une idée de ce qu’est la recherche. Je trouve ça intéressant, mais trouve aussi qu’on manque de liberté. Le monde de l’entreprise. Ah connais pas

Non je ne fais pas de placement de produit car vous ne pourrez jamais acheter directement des produits Bridor sauf si vous devenez boulanger… Mais allez faire un stage avant!

non plus. Début de Première S, je passe deux jours dans l’entreprise Bridor (fabrication de viennoiseries congelées), où j’ai un aperçu de tous les corps de profession : marketing, Ressources Humaines, R&D, Logistique, production… Le dynamisme qu’on trouve dans l’entreprise me plaît beaucoup, ainsi que la relative liberté des postes de direction.

Tout ça pour dire quoi? Si je ne sais toujours pas exactement ce que je ferai plus tard, ces stages m’ont permis de préciser mon projet d’orientation et m’aideront sans aucun doute à faire des choix à l’avenir. Ils ont aussi totalement transformé ce projet, et sans doute eu un impact considérable sur ce que sera ma vie future. Si je ne peux dire et ne pourrai jamais dire si c’est en bien ou en mal, je peux penser qu’ils m’ont donné une idée de ce qu’est le monde du travail, et de ce à quoi ressemblent certains secteurs d’activités.

Les stages constituent un moyen méconnu et par conséquent sous-utilisé de s’orienter et de s’ancrer dans du concret. Ce que vous donnent ONISEP, Nadoz, l’Étudiant, et même ËTC ne sont que des chiffres et des mots (+ des expériences et des personnes à qui parler en ce qui concerne ËTC, ce qui est bien mieux quand même =p). Cette première étape est importante, mais pas suffisante généralement, il faut la compléter par votre perception du métier et vos impressions, car c’est bien vous et vous seul que cela concerne.

Faire un stage n’est pas compliqué : le plus difficile est de trouver qqn prêt à vous accueillir. Pour cela, faites jouer votre réseau : famille, amis, et autres  (ËTC est avant tout un réseau et doit servir à ça!). Une fois trouvé, demandez au lycée (ou collège) une convention de stage, qui, une fois remplie en trois minutes, vous permettra notamment d’éviter des problèmes d’assurances/responsabilités en cas de pépins. Il ne vous reste plus qu’à consommer sans modération! (Je précise que ces stages peuvent se faire pendant les vacances ou les cours, à vous de voir ce qui vous paraît le mieux, pour vous et vos études…)

 

 

3 réflexions au sujet de « Faites des stages! »

  1. C’est une très bonne façon d’ouvrir les yeux sur la vie active. Et surtout choisir de faire un stage dans un domaine qu’on ne connait pas par avance me semble utile pour faire le tri et faire de bons choix de formation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *