Ecole de Communication Visuelle, une solution pour les designers

s’orienter quand on a la fibre artistique ? Et surtout quand on s’intéresse de près aux métiers du Design ? On peut opter pour les écoles des Beaux-Arts mais, très prisées, il faut rentrer sur concours et c’est très sélectif. Choisir le DNMADE (ancien BTS design) est aussi une bonne solution, mais on entre sur dossier : et si on n’est pas pris ? Il reste donc une autre solution, très coûteuse, certes, mais qui peut quand même ouvrir des possibilités très sérieuses. Audrey Loridan a eu son bac L en 2018 à Brocéliande. Brillante élève, elle pouvait tout envisager. Mais c’est l’ECV de Nantes qu’elle a choisi. Et elle est ravie de sa formation.

Qu’est-ce qu’ECV ?

ECV veut dire École de Communication Visuelle. Il en existe cinq en France : Paris, Bordeaux, Aix en Provence, Lille, Nantes. Elle est privée et elle est au cinquième rang des écoles nationales les mieux cotées en design. Elle fait partie des rares à être reconnue par l’État. La formation dure cinq ans et elle permet d’aboutir à un Mastère. On devient alors directeur artistique. Enfin, il est possible de faire une formation à l’international, en Europe ou à New York, Shanghaï, Sydney. En Mastère, cela permet d’obtenir un double diplôme, le français et l’international.

Comment ça se passe ?

Le principe à ECV, c’est qu’il n’y a pas de cours magistraux. Et même plus, il n’y a pas de cours tout court ! On apprend en faisant. C’est ce qui a plu à Audrey. Elle a en effet apprécié le dynamisme de cette institution. D’abord, il y a les “marraines”, les “parrains” et les “tuteurs” qui sont là pour aider. Il y a aussi régulièrement des “work shop”. Ce sont des ateliers d’une semaine où on travaille sur un sujet au choix. Ensuite, il n’y a pas de professeurs. Ce sont des professionnels qui viennent et apportent leur expérience aux étudiants. Ils encadrent, orientent, mais ne dispenseront pas des cours théoriques. A contrario il y a beaucoup de conférences avec des professionnels : typographe, directeur artistique, rédacteur en chef d’un magazine… C’est là aussi ce qui plaît à Audrey : “on rencontre quantité de personnes intéressantes”.

Enfin, on est en classe pendant plusieurs séances à travailler sur un sujet personnel. On apprend ainsi à force de faire. Et quand on est en peine, on peut toujours se faire aider par les autres étudiants. Il y a toujours quelqu’un pour apporter son propre savoir. Ainsi, on travaille différemment, que ce soit seul ou en groupe. Il ne peut y avoir d’erreurs ou fausse route car pour un problème il y a toujours plusieurs solutions pour le résoudre.

Qu’est-ce que la prépa à ECV ?

La prépa est une remise à niveau en arts plastiques. En effet, les étudiants viennent d’origines différentes et n’ont pas forcément fait d’arts plastiques dans leurs études précédentes. Par exemple, Audrey ne savait absolument pas dessiner avant d’arriver à ECV ! Il a fallu apprendre bien vite… Certes, pour être admis à l’école, on doit montrer un book. Mais ce n’est pas forcément du dessin. ça peut être des photographies ou même du montage. Ce qui compte, c’est la motivation.

Finalement, la prépa, c’est le moyen de savoir si on est fait pour ces études-là ou pas : il est en effet assez facile d’être retenu dans l’école car il n’y a pas de sélection sur dossier, c’est l’entretien qui compte. D’ailleurs, l’école réserve la place pour l’année prochaine à l’étudiant qui n’aurait pas eu son baccalauréat mais qui aurait été reçu dans l’école… chouette, non ? 🙂 🙂 🙂

Quelles perspectives ?

Les métiers : directrice artistique, graphisme, édition, typographe, tout dans la com’ visuelle.

Et si on hésite ?

ECV, ça se réfléchit car l’inscription coûte quand même chaque année de 6900 à 8000 euros !!! 🙁 🙁 🙁 Pour Paris, il faut même ajouter en moyenne 2000 euros par année… 🙁

Mais Audrey ne regrette rien : elle a considérablement progressé en dessin. Comme les notes de terminale ne comptent pas, ça donne la possibilité d’avoir une nouvelle chance quand les années de lycée ont été dures. En plus, l’admission en deuxième année est sur la base du contrôle continu. C’est donc possible de se rattraper quand ça n’a pas marché une fois. Certes, il y a des partiels mais ils ne comptent pas dans la moyenne… ils servent à voir comment se comportent les étudiants en situation de stress… En un mot, il est vraiment difficile de ne pas réussir son année, à condition qu’on reste motivé !

Des adresses pour réfléchir aux perspectives Design :

La formation Design au lycée Brequigny :

https://www.lycee-brequigny.fr/index.php?id_menu=46&id_article=281

La formation à ECV :

https://www.ecv.fr/formations

La réforme du BTS design depuis 2018 :

http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Principaux-domaines-d-etudes/Les-ecoles-d-art/Du-BTS-au-DN-MADE-reforme-des-arts-appliques

Sur les formations d’art en général :

http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Apres-le-bac/Principaux-domaines-d-etudes/Les-ecoles-d-art/Les-ecoles-des-beaux-arts

Merci Audrey pour cette conférence riche d’informations !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *