Conférence de très haut niveau sur le pôle cyberdéfense le 31 janvier au lycée !

La vidéo de la conférence :  https://www.youtube.com/watch?v=KBaSqShV9Yo&feature=youtu.be

C’est à coup sûr une conférence qui devait nous passionner… !!! Et ce fut le cas !!! Les menaces du cyber espace sont un sujet d’actualité… La présentation d’une école d’ingénieurs et de son pôle Cyberdéfense, de surcroît basés à Vannes, a attiré un nombre important de lycéens de1ère, de terminale mais aussi de seconde. En présence des correspondants des Infos de Ploërmel et des Infos du pays Gallo, des fidèles d’Et Coëtera et de notre caméraman attitré Amaury, ce large public a écouté très attentivement Monsieur Préaux, responsable de ce pôle unique d’études et l’un des grands spécialistes en France de la cybersécurité.
Il a d’abord présenté l’ENSIBS :
 L’ENSIBS, Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs de Bretagne Sud est une école publique donc sans frais (sans frais autres que les frais d’inscription). C’est un bon point !

 Cette école propose quatre spécialités : à Lorient (génie industriel et mécatronique) et à Vannes (Cyberdéfense et informatique de confiance).Toutes ces formations sont habilitées par la commission des titres d’ingénieurs(CTI).
C’est un autre bon point !
En effet, on sort alors d’une telle école avec le titre d’ingénieur diplômé ce qui est
préférable au titre d’ingénieur qui n’est pas protégé en France.

 Autre particularité (autre bon point !) : la formation d’ingénieur en Cyberdéfense est dispensée en alternance, en partenariat avec des entreprises donc.

Mais alors ingénieur Cyberdéfense en quoi cela consiste? C’est être un ingénieur capable de cyber défendre les Opérateurs d’Importance Vitale. Et on découvre, en écoutant Mr Préaux égrener les domaines concernés, qu’ils sont sur tout le territoire national !
Le patrimoine français à cyber défendre comprend plus de 200 opérateurs d’infrastructures vitales (services de l’Etat et opérateurs privés) et environ 600 entreprises de services. Sont donc concernés, bien sûr, tout ce qui touche à l’autorité gouvernementale, les opérateurs militaires, les opérateurs financiers, mais aussi les opérateurs internet, l’industrie de l’électricité, du nucléaire, du pétrole, de l’aéronautique, les transports, la chaîne alimentaire, la gestion de l’eau, l’industrie spatiale…La cyberdéfense est donc un enjeu majeur pour l’Etat, les citoyens et les entreprises.
Cyber défendre ? C’est d’abord comprendre la menace et les modes opératoires des attaquants, et être capable ensuite de construire la sécurité des infrastructures afin de mieux se protéger et gérer les crises cybernétiques donc les cyber attaques. En principe, cyber attaquer est, par contre, illégal…
Les enseignements portent sur un certain nombre de compétences à acquérir :
des compétences scientifiques (par exemple informatique, electromagnétisme, systèmes électroniques, systèmes de télécommunication, mathématiques du numérique….)
mais aussi des compétences dans le domaine de l’humain et de la cyber-éthique (gestion de crise, cyber-droit (réglementation), management, géostratégie internationale, économie, anglais, cyber-éthique…).

Et comment intégrer cette école ?
Pour intégrer la première année de l’école d’ingénieurs en formation initiale par alternance et par apprentissage (55 admis par an sur 350 demandes), plusieurs solutions sont possibles :
• Être titulaire d’un DUT principalement : Informatique (l’IUT de Vannes est très conseillé), Réseaux et Télécommunication (RT), Génie Électrique et Informatique Industrielle (GEII).
• Être titulaire d’une licence 3.
• Être titulaire d’un BTS Informatique et Réseaux (une prépa Adaptation Technicien Supérieur (ATS) en un an après le BTS est conseillée).
• PEI ENSIBS. Le PEI ENSIBS à Lorient est le cycle pré-ingénieur de l’ENSIBS, accessible par le concours Geipi Polytech : http://www-ensibs.univ-ubs.fr/fr/formations/apres-le-bac/apres-le-bac-pei-ensibs.html
• CPGE (mais très peu sont admis car ils manquent de pratique informatique).
Suite à quoi, l’entretien devant un jury (composé d’enseignants et de dirigeants d’entreprise) est déterminant. Mais la candidature est aussi examinée par les services de renseignement…ce qui paraît logique…

Remarque intéressante : les filles ont plus de chances d’être recrutées !!! En effet, les étudiantes, peu nombreuses à postuler pour cette formation, sont très recherchées car considérées comme plus intuitives dans leurs enquêtes et leurs recherches de solutions…
A l’issue de la conférence, Monsieur Préaux est resté longuement pour répondre aux questions des élèves les plus motivés. Dont des filles !
Joëlle Reboux
Ce qu’en dit la presse :  

Une réflexion au sujet de « Conférence de très haut niveau sur le pôle cyberdéfense le 31 janvier au lycée ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *